<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=617884793552567&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
L’amour de soi : S’aimer pour aimer les autres

L’amour de soi : S’aimer pour aimer les autres

L’amour de soi est l’une des trois composantes de l’estime de soi, l’estime de soi étant composée d’image de soi, d’amour de soi et de confiance de soi.

S’il y a un domaine où il est impératif de développer de l’amour inconditionnel, c’est bien vis-à-vis de soi-même. Pourquoi ? Parce que l’on ne peut donner que ce que l’on a. Je peux donner du temps si j’en ai, de l’argent si j’en ai, des compétences si j’en ai et je ne pourrai donner de l’amour que si j’en ai suffisamment pour moi.

Les grands moments de l’histoire ont été faits par passion et par amour… L’amour a toujours été présent dans la transformation et l’évolution des personnes.

L’amour de soi ne s’offre aucune condition. Quand on revoit comment nous avons été éduqués, parfois, l’on remarque que nos éducateurs, nos professeurs, nos figures parentales, les membres de notre famille qui étaient importants pour nous, par maladresse, nous ont inculqué le fait que l’amour est conditionné.

Combien de fois avez-vous entendu des papas ou des mamans dire à leurs enfants : « Si tu m’aimes, termine ton assiette ». Quel est le rapport entre le fait que je refuse de terminer mon assiette car je n’ai plus faim avec le fait de continuer à être aimé par toi ? Figurez-vous qu’un simple échange comme celui-ci peut créer un drame !

Un enfant, lorsqu’ il entend cette phrase, comprend que pour être aimé, il faut qu’il fasse quelque chose !…. Pour être aimé, il doit se conformer à ce que l’’autre veut  et non pas au besoin qui est le sien. Et très tôt dans notre éducation, nous mettons en place des systèmes qui mettent en rapport l’amour de soi avec quelque chose de conditionné.

Prenons l’exemple d’un mari qui dit à son épouse : « Si tu m’aimes, débarrasse- toi de tes 10 kilos en trop ». Cette expression pousse cette personne à croire qu’elle est indigne et ne mérite pas d’être aimée. De ce fait, le jour où elle sera en manque d’amour, elle se jettera sur la nourriture car elle a crée avec elle une association de cause à effet…. Parce que nous avons tous besoin d’aimer et d’être aimé.

La phrase qu’il faut dire serait, dans ce cas : « Quoiqu’il arrive, je t’aime ! ».

S’aimer soi inconditionnellement, c’est aussi l’aimer avec ses défauts. Votre enfant intérieur veut que vous l’aimiez complètement et inconditionnellement. J’étais en train de préparer un séminaire sur le langage non verbal et très tard, le soir, sur une chaîne américaine, il y avait un reportage sur les couloirs de la mort, et un serial killer qui avait tué 13 petites filles dans des circonstances incroyablement violentes. Le tueur était attaché à sa chaise pour l’exécution et les familles des petites filles mortes passaient devant lui et l’insultaient. Il recevait toutes formes de violence…mais ce qui était surprenant, c’est qu’il n’y avait sur son visage aucune marque de compassion. On pouvait même voir, à l’analyse du langage non verbal, des micromouvements qui généraient du mécontentement. Alors que les uns derrière les autres défilaient pour l’insulter. L’avant dernière personne était une grand-mère, qui est arrivée avec la main tremblante, lui a saisi la main et dit au condamné : « Vous m’avez retiré mon unique petite fille, c’était un joyau, une beauté exceptionnelle. Je vous pardonne, Que dieu vous pardonne ! A ce moment-là, quand elle voulut retirer sa main, le criminel lui saisit la main, tomba en sanglots, s’excusa auprès de cette femme et auprès de tout le monde… Je trouvais cette scène extraordinaire !

Comment un être humain peut exprimer vis-à-vis d’un « monstre » un peu d’amour pour que celui-ci retrouve les valeurs humaines, prenne conscience de ce qu’il avait fait et demande à être exécuté car il le méritait.

C’est la puissance de l’amour !

Vous devriez vous aimer en éliminant les : « Je m’aime si…. » ou «  Je m’aimerai quand….. » et remplacez-les par un «  je m’aime parce que je suis quelqu’un qui le mérite ». A aucun moment ne conditionnez l’amour que vous avez pour vous-même. Vous êtes un être unique et vous devez vous aimer !

Quand vous vous fixez des rendez-vous avec vous-même pour une séance de sport, une méditation, une formation ou déjeuner avec un ami, et que pour une raison X, vous ne pouvez malheureusement pas l’assurer : ne l’annulez pas ! Reportez mais n’annulez pas ce rendez-vous.

Les études ont démontré que dans 90% des cas étudiés, les individus ne reportent pas quand il s’agit d’eux-mêmes… Ils annulent !

« Les autres » ne doivent pas être plus importants que « soi- même »… Aimez-vous pour ce que vous êtes. Dites-vous bien que vous êtes une seule représentation de ce que vous êtes dans le monde. Une seule pièce… Un chef d’œuvre !

Quand vous aurez terminé de lire mon article, je vous demande de vous dire régulièrement à vous-même : « Je t’aime ! ». Il ne s’agit pas ici d’égocentrisme exacerbé encore moins du narcissisme mais de l’amour inconditionnel de soi. Cela donne envie de se réaliser, motive, donne des envies de grandeur et des envies de contribuer à un monde meilleur.

Et au final, je vous dis : «  Nos pensées au sujet de ce que nous sommes et de ce que nous pouvons être déterminent précisément ce que nous pouvons être ». C’est Anthony Robbins qui le dit.

Articles récents

Comment développer votre confiance en vous ?

Mon objectif aujourd’hui est de vous révéler comment gérer votre stress à court...

Former les leaders de demain aux valeurs d’éthique et de responsabilité

Fin 2014, ESCA Ecole de Management accueillait sur son campus la 4e édition du...